Tous les lions n’ont pas la chance d’être les rois du bush

« Les animaux ont des droits — le droit d’être protégés par l’Homme, le droit à la vie et à la multiplication de l’espèce, le droit à la liberté et le droit de n’avoir aucune dette envers l’Homme […] »

Luther Standing Bear (1868-1939), chef sioux oglala lakota

Dans la série « on n’a pas fini d’atteindre le comble de l’horreur », on en apprend tous les jours.

En me documentant sur la faune africaine, j’ai découvert un blog superbement illustré, intitulé AFSA, dont je salue la qualité et dans lequel l’auteur (Bud Pumba), un passionné, rassemble toutes les actualités notables sur le sujet et les rend accessibles en langue française, ce qui est fort utile quand on ne maîtrise pas totalement la langue de Shakespeare comme moi.

Et là, j’y ai lu un article qui glace les os si l’on peut dire (en l’occurrence, ce sont plutôt ceux des lions qui sont glacés…).

Je savais depuis longtemps, comme la plupart des gens, qu’on s’en prenait aux éléphants pour leurs défenses ou aux rhinocéros pour leurs cornes, mais ce que j’ai appris dans ce blog est tout bonnement incroyable, et monstrueux.

J’ignorais totalement que l’Afrique du Sud avait également des fermes d’élevage destinées à produire des squelettes de lions pour le commerce avec l’Asie – encore et toujours (Laos et Vietnam) – qui les utilise pour confectionner des philtres d’amour appelés « vin de tigre » et dont la matière première (le tigre asiatique) arrive à épuisement des stocks…

Ce commerce a émergé en 2008, donc assez récemment, et on se demande pourquoi les instances internationales n’ont pas pu l’empêcher ou tout au moins sanctionner lourdement les acteurs d’une telle abomination. Il faut savoir que chaque année, des centaines de lions sont élevés dans des conditions révoltantes (lionceaux arrachés à leurs mères, entassés dans des cages ou des enclos à l’hygiène déplorable, maltraités, sans aucuns soins) en attendant qu’ils aient atteint la taille requise pour être exécutés, dépecés, et que leurs os soient récupérés.

Et si ça ne suffisait pas, ceux qui ont gagné le gros lot, avant d’être réduits à l’état de squelette ou de finir en trophée au-dessus d’une cheminée, sont tirés comme des lapins au cours d’une « chasse sportive ». On se demande bien ce que cette chasse sordide a de sportif. Peut-être ces courageux chasseurs devraient-ils faire un petit stage chez les Masaïs pour apprendre ce qu’est une chasse au lion !

Il faut que ça s’arrête ! Mais pour cela, une prise de conscience collective et immédiate est nécessaire. L’Homme « civilisé » ne doit plus considérer l’animal comme une marchandise ou comme une entité inférieure sur laquelle il a droit de vie ou de mort.


POUR EN SAVOIR PLUS

  • L’excellent blog des AFSA — Actualités de la faune sauvage africaine. ICI
  • Un article récent et bien fait de Sciences et Avenir. ICI
  • La vidéo insoutenable de Blood Lions sur l’élevage et le canned hunting. ICI 

PÉTITION

  • Si ce que vous venez de lire ne vous laisse pas indifférent, alors comme je l’ai fait vous pouvez signer cette pétition sur le site de Four Paws et en parler autour de vous. ICI

ÉDITO PRÉCÉDENT : L’avenir s’assombrit encore pour les rhinocéros…

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s