The Big Kruger

 

Histoire du Kruger

Les traces de présence humaine y remontent à 1,5 million d’années et celle des San à au moins 100 000 ans. Ces derniers en seront chassés vers 200 après J.-C. par un peuple de langue nguni arrivé du nord. En l’an 800, la région subit les raids d’Arabes venus du Mozambique à la recherche d’esclaves.

Les premiers Européens à s’aventurer dans cette zone d’Afrique australe sont les Néerlandais en 1725 (expédition de la Compagnie hollandaise des Indes orientales de la colonie du Cap, attaquée par des tribus près de Gomondwane puis abandonnée). D’autres expéditions suivront au XIXe siècle ce qui débouchera sur la création de routes, rendant la région du Kruger plus accessible.

À partir de 1873, des découvertes d’or à Pilgrim’s Rest, puis à Baberton, attireront nombre de prospecteurs. Il en résultera, dès 1880, un important déclin de la faune à l’est du Transvaal dû à la chasse et au commerce des cornes et des peaux.

En 1898, à l’initiative du président Paul Kruger, une petite réserve est créée près de la rivière Sabie (connue sous le nom de Sabie Game Reserve). Après la seconde guerre des Boers, en 1902, la réserve s’agrandit jusqu’à la rivière Olifants. L’expansion continue. Des tribus sont délogées pour laisser la place aux animaux.

En 1912, la création d’une ligne de chemin de fer amène les premiers touristes. C’est en 1926 qu’un regroupement de réserves donne naissance au premier parc national d’Afrique du Sud, qui prendra le nom de son initiateur, Kruger. Il est ouvert au public l’année suivante et ne sera traversé que par une poignée de voitures (le tarif de l’entrée était alors de 1 £). On compte 26 000 visiteurs en 1935. Les lions sont la principale attraction.

safari, lions, Kruger, south africa.
Safari photo en 1930 (http://www.krugerpark.co.za/Krugerpark_History-travel/kruger-national-park-modern-history.html).
safari, Kruger, lions, South Africa.
Safari au parc Kruger en 1969.
safari, Kruger, lions, South Africa.
Les lions du Kruger, fin des années soixante.

Les aménagements continuent au fil du temps (création d’étangs artificiels dans les années 60, suppression des clôtures entre le parc et les réserves privées dans les années 90 pour la libre circulation de la faune).

En 2003, le projet de rebaptiser le parc du nom de Nelson Mandela fut laissé de côté sous la pression des Afrikaners.

L’ouverture, très contestée, d’un hôtel de 120 chambres était prévue pour 2017 près de la Crocodile River à Malelane Gate. Il ne semble pas encore en activité à ce jour.

Le Kruger en chiffres

  • En bordure du Mozambique, à cheval sur les régions du Limpopo et du Mpumalanga, le Kruger a la taille d’un petit pays : 350 km du nord au sud et 60 km d’est en ouest, pour une superficie d’environ 20 000 km2.
  • Il est parcouru par 2 500 km de routes goudronnées, reliées aux 7 portes d’accès.
  • Il reçoit près de 1,4 million de touristes par an.
  • Géré par SANParks (South African National Parks), il regroupe 21 restcamps,
    7 lodges privés en concession et 11 autres lodges privés.
  • Il a été classé « réserve de biosphère » par l’Unesco en 2001.
  • 1 982 espèces de plantes sont organisées en 6 écosystèmes différents.
  • La faune est représentée par 147 espèces de mammifères (dont les Big Five),
    517 espèces d’oiseaux, 119 espèces de reptiles, 35 espèces d’amphibiens et
    52 espèces de poissons.

Jour 5 / Kruger national Park

9 août 2016

Nous quittons Tshukudu dans la matinée, avec une voiture réparée (!). Le parc Kruger n’est pas très loin, nous y accédons par Phalaborwa Gate, conformément aux instructions du road book.

Le temps de faire le plein dans une station-service, d’acheter de l’eau fraîche et un pique-nique, de se faire pointer au centre d’accueil du parc (sans oublier la pause-pipi…), nous franchissons la porte d’entrée. Léa et moi avons une petite pensée pour « Fifi et Chouchou », ses grands-parents paternels partis trop tôt, qui faisaient le rêve de voir le Kruger sans avoir eu le temps de le réaliser.

Nous avançons sur la route goudronnée à faible vitesse. À l’aide du plan détaillé et d’une brochure achetés à Phalaborwa, nous repérons l’itinéraire qui nous amènera en fin de journée à l’Olifants Restcamp où nous passerons deux nuits.

traquet à ventre roux, mocking cliff-chat, Kruger NP, South AfricaEn chemin, nous faisons une halte sur l’aire de pique-nique de Masorini. Elle n’est pas clôturée mais surveillée par deux gardiens dans une guérite. Pas d’animaux en vue, excepté un traquet à ventre roux attiré par les miettes.

Durant notre traversée d’ouest en est du parc pour atteindre l’Olifants River, nous croisons des zèbres, éléphants, girafes, impalas, dans un paysage très aride rehaussé du feuillage roux caractéristique de l’hiver austral — une sorte d’« été indien » sud-africain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vers 16 h 30, nous franchissons l’enceinte de l’Olifants Restcamp, situé sur une colline d’où le panorama sur la rivière Olifants est superbe, en particulier au coucher du soleil. Nous prenons nos quartiers dans l’un des bungalows ronds (il paraît que certains sont rénovés, le nôtre était vétuste…). Vous l’aurez compris, ce camp ne fera pas l’objet d’un article. Précisons néanmoins qu’on y trouve le nécessaire pour un court séjour (pompe à essence, restaurant, bar, boutique de souvenirs avec un petit rayon alimentation, laverie, boîte aux lettres, excursions organisées dans le parc).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 6

10 août 2016

Nous partons tôt pour tenter de surprendre quelques spécimens du parc aussi matinaux que nous et éviter les voitures parasites qui viennent sans vergogne se placer devant la nôtre, nous empêchant ainsi de prendre les photos désirées…

Pour ce faire, nous nous aventurons sur des routes gravillonnées, sur lesquelles il n’est pas obligatoire de circuler en 4×4. Peu de temps après nous nous retrouvons seules, face à un énorme éléphant qui prend son temps pour se soulager en plein milieu du chemin. Bien que nous soyons arrêtées à une certaine distance, le pachyderme nous fait comprendre qu’il aurait préféré ne pas avoir de spectateurs et nous force à reculer. Ce que nous faisons sans nous faire prier !

Le reste de la journée se déroule sans encombre. Faune observée : oiseaux, éléphants, girafes, zèbres, impalas, hippopotames, crocodiles, phacochères, babouins, etc.

éléphant, Kruger NP, Afrique du Sud
Rencontre imposante sur la route. Ça grimpe !
éléphant, Kruger NP, South Africa
C’est moi ou c’est la route qui penche ?

 

Cependant, aucun fauve au rendez-vous. Où sont passés les lions qui ont fait la réputation du parc ? Probablement qu’ils n’avaient pas envie de se montrer. Ou tout simplement que nous n’étions pas dans le meilleur spot du Kruger… Nous repartirons avec un soupçon de déception, mais confiantes pour la suite du voyage.


CONSEILS

  • À l’intérieur du parc Kruger, la vitesse est limitée à 50 km/h sur les routes goudronnées et 40 km/h sur les routes gravillonnées. Pour permettre le repérage et l’observation des animaux, il est recommandé de rouler à 25 km/h. Mieux vaut suivre ces recommandations si vous voulez profiter pleinement du safari et vous arrêter pour prendre des photos. Il faut savoir que les autorités du parc ne plaisantent pas avec les limitations de vitesse et que des voitures de patrouille sont parfois cachées sur le bas-côté pour surprendre les contrevenants…
  • Par ailleurs, les animaux sont souvent sur la route ou peuvent la traverser à tout moment. Soyez très vigilants, surtout quand la visibilité est limitée. La plus grande prudence est de mise avec les éléphants car ils n’apprécient pas d’avoir une voiture sur leur chemin. Tenez-vous à bonne distance d’eux et laissez-leur le passage libre s’ils se dirigent vers vous ou s’il y a des jeunes éléphants, quitte à reculer ou faire demi-tour si besoin.
  • Kruger n’est pas Thoiry, les animaux que vous pouvez croiser sont potentiellement dangereux et peuvent avoir des réactions imprévisibles. Il y a des accidents graves chaque année. Respectez les consignes de sécurité.
  • Il est interdit des rouler dans le parc avant 5 h 30/ 6 h et après 17 h 30 /18 h selon les périodes de l’année. Il faut en tenir compte car les distances sont grandes, les restcamps parfois loin des entrées et les temps de parcours très longs puisqu’on roule à faible allure.
  • Avant de rentrer dans le parc, il n’est pas superflu de faire laver les vitres de son véhicule, pour une visibilité optimale.
  • Si vous voulez tenter l’expérience du Kruger, je vous recommande : soit d’y rester au moins 3 ou 4 nuits et de réserver dans plusieurs restcamps à différents endroits du parc, afin de profiter d’une variété de paysages et vous donner le maximum de chances de shooter les Big Five ; soit d’opter pour une réserve privée en bordure du parc (beaucoup plus onéreux) où les conditions d’approche de la faune seront optimums ; enfin, pour ceux qui le peuvent, combiner les deux options.

POUR LIRE LA SUITE DU VOYAGE : Safari Big Five à Karongwe


ÉTAPE PRÉCÉDENTE : Tshukudu, une réserve à taille humaine


 

 

7 commentaires

  1. J’ai passé 15 jours dans le Kruger et les réserves privées avoisinantes, que du bonheurs. Tes photos me rappel de très bons souvenirs.

    J'aime

      1. c’était il y a 9 ans pour mon voyage de noces. Alors l’on a commencé par la réserve privée de Thornybush au Thornybush game lodge. ensuite on est allé dans le Kruger, d’abord au Rhino Walking Safaris at Plains Camp, en tente, pour faire des safaris à pieds (meilleurs souvenirs), puis au Imbali Safari Lodge pour les safaris en 4X4. Enfin, on est reparti en réserve privée pour 4 nuits au Lions Sand River Lodge dans le Sabi Sand (luxueux !) . Un voyages de noces, donc gros budget. J’ai vu pleins de lions, énormément de léopard (6 en une nuits à Sabi Sands !), des groupes de 7 rhinos blancs à Thornybush, marché avec un troupeaux de 200 buffles à Rhino Post, et fais du sport dans la salle de fitness du River Lodge devant une hyène juste de l’autre coté de la vitre…J’ai juste raté les lycaons, comme à chacun de mes voyages…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s