Laurent Baheux, portraitiste de la faune sauvage

« Je ressens moins de danger à saisir l’intimité des animaux sauvages qu’à vivre parmi les hommes. »

Laurent Baheux

Des terrains de sport à la savane africaine

Laurent Baheux, portrait, black and white, photographyNé en 1970 à Poitiers, Laurent Baheux n’était pas prédestiné à être photographe. Fan de sport, il débute dans la vie en cordant des raquettes dans un magasin spécialisé. Il devient ensuite pigiste dans un quotidien régional, Centre Presse, pour lequel il suit l’actualité sportive et rédige des comptes-rendus de matchs.

Le hasard l’amènera à la photographie, à l’époque où la rédaction du quotidien lui demande d’illustrer ses articles par des photos. Il l’apprendra en autodidacte. Un tournant dans sa carrière de journaliste qui fait naître en lui une véritable passion pour cet art. Il abandonne peu à peu l’écriture pour se consacrer uniquement à l’image.

Avec les exigences du métier, il affûte son regard et acquiert la réactivité nécessaire à la capture de ses sujets — les sportifs — dans des conditions d’extrême rapidité. Il devient photographe à plein temps en 1998 (année de la Coupe du monde de football) en rejoignant une agence de presse sportive parisienne pour laquelle il couvre les grands événements nationaux et internationaux. Ses qualités lui ouvriront les portes d’autres grandes agences photographiques.

Laurent Baheux a débuté la photographie avec l’argentique, développant ses films et réalisant lui-même des tirages noir et blanc et agrandissements en labo. Il puise son inspiration dans les travaux d’Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Richard Avedon, Ansel Adams, Sebastião Salgado ou Peter Beard, qu’il affectionne particulièrement — des photographes dont les styles s’expriment magnifiquement à travers le noir et blanc. Dès lors, il marche dans leurs traces et son goût pour cette technique ne le quittera plus, même lorsqu’il passera plus tard au numérique.

Le photojournalisme, très prenant et contraignant, commence petit à petit à lui peser, tout comme le rythme de la vie citadine. Il ressent le besoin de se renouveler, d’aller voir ailleurs, de se rapprocher de la nature qu’il a depuis longtemps perdue de vue. Laurent Baheux effectue des voyages en Afrique à partir de 2002, où il débute une production photographique en noir et blanc à titre personnel, sans commande ni pression. Il y assouvit sa quête d’inspiration. Sa rencontre avec la faune sauvage du continent africain le marquera profondément.

Laurent Baheux, wildlife photographer, black and white, Africa, Nikon
© Laurent Baheux (http://www.colorsofwildlife.net/forum/index.php?page=72).

Vers la consécration

Il poursuit un temps son activité de photographe du sport, en free-lance, ce qui lui permet en parallèle d’accompagner des voyages photographiques en Afrique. Durant cinq années, Laurent Baheux accumule ses photos de la grande faune sauvage jusqu’au jour où un ami, découvrant son travail, l’incite à le présenter dans une exposition. Ce sera un succès immédiat.

Sa carrière s’accélère et s’oriente définitivement vers la photographie animalière et de nature lorsqu’en 2007 il reçoit le prix du Wildlife Photographer of the Year dans la catégorie « Creative Visions of Nature ».

Laurent Baheux, wildlife photographer, lioness, Kenya, black and white
© Laurent Baheux – Queue de lionne, Masaï Mara (Kenya) – Wildlife Photographer of the Year 2007, catégorie Creative Visions of Nature.

Les expositions en France et à l’étranger vont se multiplier, dont l’une des dernières — Afrique sauvage, l’album de famille — s’est tenue à Argelès-sur-Mer en 2017.

En 2009, les éditions ALTUS publient en partenariat avec le WWF un premier recueil de photographies intitulé Terre des lions, un hommage à l’Afrique qui contribuera à faire connaître le style sombre propre à cet artiste, reconnaissable entre tous, de même que son engagement pour la préservation de la faune et de la biodiversité.

lions, Laurent Baheux, wildlife photographer, photographie, noir et blanc, black and white, Africa, Terre des lions, WWF
© Laurent Baheux – photo de l’album Terre des lions, 2009.

D’autres publications suivront, sur l’Afrique bien sûr, mais pas seulement car le photographe est insatiable : « Mon rêve est d’explorer tous les territoires où la vie sauvage peut s’exprimer librement. » Il ramènera également de somptueuses images de ses voyages dans l’Ouest américain et dans l’Arctique.

Laurent Baheux fait l’objet de nombreux articles dans la presse magazine nationale et internationale et se prête aux interviews (radio, TV) comme encore récemment sur TV5Monde pour la sortie de son dernier livre : Ice Is Black. Il est présent sur les grands événements tels que le Salon de la photo et bien sûr au Festival international de photo animalière et de nature de Montier-en-Der.

Depuis quelques années, une intéressante collaboration avec l’enseigne YellowKorner a contribué à diffuser l’œuvre de Laurent Baheux auprès d’un large public, en rendant accessibles des tirages de qualité de ses plus belles photos. Ce brillant concept de magasin-galerie, que je salue ici, permet de sortir l’art photographique de son carcan quelque peu élitiste. Plusieurs livres ou portfolios naîtront également de cette collaboration, tel Africa en 2012.

rhinos, horns, Africa, Afrique, Laurent Baheux, wildlife photographer, black and white
© Laurent Baheux – Horn of Africa II – YellowKorner.

Des images pour militer

On ne revient pas indemne d’un voyage au cœur des étendues sauvages, dans lesquelles évolue une faune toujours plus menacée, en particulier lorsqu’il s’agit de l’Afrique. Les dommages sur cette faune et son environnement sont tels qu’on peut en constater les effets à l’échelle d’une vie. Tous ceux qui ont connu l’Afrique et sa biodiversité il y a ne serait-ce qu’une vingtaine d’années vous le confirmeront.

Au travers de son objectif, Laurent Baheux sait émouvoir le spectateur. Il y parvient non pas en montrant des images chocs d’animaux agonisants ou de paysages dévastés, comme certains photographes ont choisi de le faire, mais au contraire en sublimant la beauté de cette vie sauvage.

elephants, Africa, Afrique, Laurent Baheux, wildlife photographer, black and white, YellowKorner
© Laurent Baheux – Crossing the Plain I – YellowKorner.

Certaines organisations de protection de l’environnement, avec lesquelles Laurent Baheux collabore, s’appuient sur ses photos pour leurs campagnes de sensibilisation en privilégiant l’esthétisme et l’originalité pour communiquer. Le photographe est très engagé auprès du WWF en France et à Hong Kong, de l’Institut Jane Goodall, de la Fondation GoodPlanet, de Cheetah For Ever ou bien encore de Wings4Wildlife. Il est également depuis 2013 Ambassadeur de bonne volonté du Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP).

L’œil du photographe

Par attachement à cette technique autant que par choix artistique, Laurent Baheux ne conçoit sa vision de la nature et de la faune sauvage qu’en noir et blanc, très contrasté, tant pour ses sujets que pour les paysages en toile de fond. C’est parce que le noir et blanc a cette qualité si particulière de capter le regard du spectateur, de l’amener à se poser instantanément sur le centre émotionnel de l’image, révélant ainsi subtilement les expressions et les émotions de l’individu photographié.

« […] lors de ma première exposition, j’ai vu dans le regard des gens quelque chose que je n’avais jamais vécu auparavant : le public était touché et voyait dans ces animaux des personnalités à part entière, dotées d’émotions et de sentiments. »

Laurent Baheux fait des portraits d’animaux dont il capture la personnalité, le caractère ou les émotions comme il le ferait d’un homme, d’une femme ou d’un enfant — car on oublie trop souvent que l’animal est « un être vivant doué de sensibilité » et qu’il y a le mot « âme » (anima) dans « animal ». Sa démarche n’est pas documentaire, elle est plus profonde en ce sens que l’artiste exprime dans son art toute sa sensibilité et que celle-ci transparaît au travers de l’image qu’il nous donne de ses sujets. Il nous montre les animaux tels qu’ils sont, c’est-à-dire comme nous. Ils vivent dans des sociétés hiérarchisées et codifiées, ils communiquent dans des langages qui leurs sont propres, leur existence s’articule autour de la famille, ils élèvent et protègent leurs enfants jusqu’à ce qu’ils soient capables de se débrouiller seuls, leurs liens affectifs sont forts et leurs sentiments identiques aux nôtres.

elephant, Laurent Baheux, black and white photography, wildlife, Africa
© Laurent Baheux – The Old One – YellowKorner.
zebras, Africa, black and white photography, wildlife photographer, Laurent Baheux
© Laurent Baheux – Afrique sauvage.
elephants, Africa, wildlife photography, Laurent Baheux, black and white
© Laurent Baheux – galerie Afrique sauvage – Elephantidæ.
lioness and cub, Laurent Baheux, Africa, wildlife photographer, black and white
© Laurent Baheux – Afrique sauvage.
© Laurent Baheux – Afrique sauvage.

Laurent Baheux, guidé par son instinct, saisit avec brio les moments éphémères d’un monde sauvage en sursis, la puissance et la fragilité des êtres qui peuplent le continent africain, et leur magnificence. Qu’ils soient statiques ou en mouvement, la posture est juste, le regard expressif, la composition harmonieuse et la lumière toujours sublime.

cheetah, wildlife photographer, portrait, Laurent Baheux, Kenya, Africa, black and white
© Laurent Baheux – Cheetah Portrait (Kenya, 2013).

QUELQUES SOURCES

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s